« Au moment ou tout cela se terminèrent… »

Au moment ou tout cela se terminèrent, la souffrance disparut et les dernières larmes coulèrent dans un sommeil éternelle…
Les années devinrent une éternité, plongée dans cette profonde éclipse et envahit de cendres froide.
Les flocons de neiges tombèrent doucement sur ce visage ainsi endormi, les pétales de roses furent déposer sur le sol d’une destiné écrite, les bougies consumèrent les cicatrices encore restante, les cloches retentirent…
Une pluie d’étoiles inonda ce cœur pur et les voix de ce crépuscule guidèrent ces pas.
La lueur des flammes ôta toute trace d’espoir, tout souvenirs d’amour s’effacèrent…
Illuminé par les éclats de verre, il brilla comme un bijoux…
Son âme fut enrobé de chaines et de brouillards a n’en plus finir…
Contemplant la Seine nous ne cessâmes de penser a lui dans une tristesse ténébreuse et cela fus comme le dernier souffle de vie que nous pûmes lui offrir…

Cet article a été publié le Lundi 31 juillet 2017 à 3 h 33 min et est catégorisé sous Non classé. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

Laisser un commentaire


Poesisophie |
Incarnatus |
Traces écrites d'un qu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Theyoungboy
| 1jour1chapitre
| CULTIVOR