« L’amour que je te porte est comme une fièvre… »

L’amour  que je te porte est comme une fièvre, au sommet des nuages, traversant les cieux, un bouquet de roses offerte de mon cœur tu en est l’élu.

Je me noie dans le néant de cette vie sans fin, qui de toi absorbe ma pensée, tu es tel un fleuve qui envahit mon âme de tes doux regards…

Tu bouleverses l’univers dans lequel je suis née, tu transformes mes passions et c’est à l’encre de mes veines que je t’écris en vain !

 

Je te rêve dans l’éternité, à la croisé des étoiles, sous ce ciel de cristal… J’avance dans l’aurore par espérance de te revoir…

Vêtue de larmes chaude, mon cœur  balance de ton absence…

Et… Je t’aime…

 

Je me suis éprise de toi, à la seconde même ou je t’ai vue…ton sourire, ta voix, t’es yeux brun, m’ont envoûté au plus lointain de moi…

Ton reflet s’est graver au plus profond de mon être…

Après la nuit, je laisserais le jour décidé de mon destin… Car la nuit n’existe pas sans le jour !

 

 

Cet article a été publié le Samedi 1 juillet 2017 à 14 h 26 min et est catégorisé sous Non classé. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le Flux des commentaires. Vous pouvez laisser un commentaire. Les trackbacks sont fermés.

Laisser un commentaire


Poesisophie |
Incarnatus |
Traces écrites d'un qu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Theyoungboy
| 1jour1chapitre
| CULTIVOR