« Je n’ai point passé un jour sans t’aimer, je n’ai point passer une nuit sans rêver… »

Je n’ai point passé un jour sans t’aimer, je n’ai point passé une nuit sans rêver au plus profond des étoiles, je n’ai point appris une leçon sans maudire la distance et l’ambition qui me tiennent éloigné de l’âme de ma vie.

Ô toi mon tendre amour, l’être de mon cœur, celui qui occupe mon esprit, absorbe ma pensée, si je fais tout pour te revoir a la vitesse du torrent, Cela est parce que mes sentiments a ton égard me donne envie de céder a la tentation.

Je ne pus faire par d’une antique indifférence ! Mon âme est triste, mon cœur est esclave, et mon imagination m’effraie… Tu m’aimais moins, tu seras consolée.

Un jour tu m’oublieras, dis-moi-le, je saurais au moins mériter le malheur.

Adieu, amour, tourment, bonheur, espérance et âme de ma vie, que j’aime, que je crains, qui m’inspire des émotions tendres qui m’appellent à la nature, à des mouvements tempétueux aussi volcaniques que le tonnerre.

Je consigne alors sur ces pages ce que je ressens envers toi car a mes yeux tu as plus de valeur qu’un diamant ! Tes doux yeux brun m’ont fait voltigé au plus lointain des cieux !
Qu’est ce dont cette émois qui m’a transpercé ?
Toutes pensées a ton égard me rend un peu plus prisonnière chaque jours , condamné a demeuré ainsi en compagnie de cette amour ancré en mon âme. Tant de fois je t’ai sentis a mes cotés mais cela ne l’étais guère, tant de fois j’ai frissonné aux sons de ta voix et je sais qu’une partis de moi t’aimera pour l’éternité.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

« Je suis prisonnière de cette amour qui m’aveugle sans cesse… »

Je suis prisonnière de cette amour qui m’aveugle sans cesse… Je suis condamné a t’aimer au delà des cieux, ton regard a croisé l’âme qui abrite en moi, m’a étouffé de ce sentiment inconnu ! Tu es la vie de mon cœur et même si tu t’enfuis dans la nuit je t’aimerais ! Tu es tel une rose rouge qui éternise mes pensées les plus profondes ! Mais qu’est-ce dont cette émois qui m’a transpercé ? Que peut être ce frisson qui me submerge ? Tes doux yeux brun m’ont fais voltigé au plus lointain de mes rêves, traversant l’au delà j’espère en vain te revoir ! Entendra tu ma voix ? Guidera tu mon destin ? Ô toi celui que j’aime passionnément, toi à qui j’ai succomber comme une blessure éternelle, sera tu miens pour l’éternité ? Ton visage est si pur comme une mélodie de piano qui m’ensorcelle au plus profond de mon être ! Non, ce n’étais point écrit dans les étoiles mais pourtant tu as transformé mon esprit en celui d’un ange.
-Pourrais-je encore vibré au refrain de mon bien aimé ?
Je tes dans la peau je le sais jusqu’à la fin des jours enchantés, pour toujours et a jamais mon tendre amour !
Éprise de fièvre noir, je vois ton visage, tu es alors comme immortalisé en moi…

Comment pourrais-je être la même a tes cotés ? Comment fuir tout cela ?
Je suis désormais ta prisonnière, j’en ai étais condamné…

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »


Poesisophie |
Incarnatus |
Traces écrites d'un qu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Theyoungboy
| 1jour1chapitre
| CULTIVOR