« Au moment ou tout cela se terminèrent… »

Au moment ou tout cela se terminèrent, la souffrance disparut et les dernières larmes coulèrent dans un sommeil éternelle…
Les années devinrent une éternité, plongée dans cette profonde éclipse et envahit de cendres froide.
Les flocons de neiges tombèrent doucement sur ce visage ainsi endormi, les pétales de roses furent déposer sur le sol d’une destiné écrite, les bougies consumèrent les cicatrices encore restante, les cloches retentirent…
Une pluie d’étoiles inonda ce cœur pur et les voix de ce crépuscule guidèrent ces pas.
La lueur des flammes ôta toute trace d’espoir, tout souvenirs d’amour s’effacèrent…
Illuminé par les éclats de verre, il brilla comme un bijoux…
Son âme fut enrobé de chaines et de brouillards a n’en plus finir…
Contemplant la Seine nous ne cessâmes de penser a lui dans une tristesse ténébreuse et cela fus comme le dernier souffle de vie que nous pûmes lui offrir…

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

« L’amour que je te porte est comme une fièvre… »

L’amour  que je te porte est comme une fièvre, au sommet des nuages, traversant les cieux, un bouquet de roses offerte de mon cœur tu en est l’élu.

Je me noie dans le néant de cette vie sans fin, qui de toi absorbe ma pensée, tu es tel un fleuve qui envahit mon âme de tes doux regards…

Tu bouleverses l’univers dans lequel je suis née, tu transformes mes passions et c’est à l’encre de mes veines que je t’écris en vain !

 

Je te rêve dans l’éternité, à la croisé des étoiles, sous ce ciel de cristal… J’avance dans l’aurore par espérance de te revoir…

Vêtue de larmes chaude, mon cœur  balance de ton absence…

Et… Je t’aime…

 

Je me suis éprise de toi, à la seconde même ou je t’ai vue…ton sourire, ta voix, t’es yeux brun, m’ont envoûté au plus lointain de moi…

Ton reflet s’est graver au plus profond de mon être…

Après la nuit, je laisserais le jour décidé de mon destin… Car la nuit n’existe pas sans le jour !

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

« Je n’ai point passé un jour sans t’aimer, je n’ai point passer une nuit sans rêver… »

Je n’ai point passé un jour sans t’aimer, je n’ai point passé une nuit sans rêver au plus profond des étoiles, je n’ai point appris une leçon sans maudire la distance et l’ambition qui me tiennent éloigné de l’âme de ma vie.

Ô toi mon tendre amour, l’être de mon cœur, celui qui occupe mon esprit, absorbe ma pensée, si je fais tout pour te revoir a la vitesse du torrent, Cela est parce que mes sentiments a ton égard me donne envie de céder a la tentation.

Je ne pus faire par d’une antique indifférence ! Mon âme est triste, mon cœur est esclave, et mon imagination m’effraie… Tu m’aimais moins, tu seras consolée.

Un jour tu m’oublieras, dis-moi-le, je saurais au moins mériter le malheur.

Adieu, amour, tourment, bonheur, espérance et âme de ma vie, que j’aime, que je crains, qui m’inspire des émotions tendres qui m’appellent à la nature, à des mouvements tempétueux aussi volcaniques que le tonnerre.

Je consigne alors sur ces pages ce que je ressens envers toi car a mes yeux tu as plus de valeur qu’un diamant ! Tes doux yeux brun m’ont fait voltigé au plus lointain des cieux !
Qu’est ce dont cette émois qui m’a transpercé ?
Toutes pensées a ton égard me rend un peu plus prisonnière chaque jours , condamné a demeuré ainsi en compagnie de cette amour ancré en mon âme. Tant de fois je t’ai sentis a mes cotés mais cela ne l’étais guère, tant de fois j’ai frissonné aux sons de ta voix et je sais qu’une partis de moi t’aimera pour l’éternité.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

« Je suis prisonnière de cette amour qui m’aveugle sans cesse… »

Je suis prisonnière de cette amour qui m’aveugle sans cesse… Je suis condamné a t’aimer au delà des cieux, ton regard a croisé l’âme qui abrite en moi, m’a étouffé de ce sentiment inconnu ! Tu es la vie de mon cœur et même si tu t’enfuis dans la nuit je t’aimerais ! Tu es tel une rose rouge qui éternise mes pensées les plus profondes ! Mais qu’est-ce dont cette émois qui m’a transpercé ? Que peut être ce frisson qui me submerge ? Tes doux yeux brun m’ont fais voltigé au plus lointain de mes rêves, traversant l’au delà j’espère en vain te revoir ! Entendra tu ma voix ? Guidera tu mon destin ? Ô toi celui que j’aime passionnément, toi à qui j’ai succomber comme une blessure éternelle, sera tu miens pour l’éternité ? Ton visage est si pur comme une mélodie de piano qui m’ensorcelle au plus profond de mon être ! Non, ce n’étais point écrit dans les étoiles mais pourtant tu as transformé mon esprit en celui d’un ange.
-Pourrais-je encore vibré au refrain de mon bien aimé ?
Je tes dans la peau je le sais jusqu’à la fin des jours enchantés, pour toujours et a jamais mon tendre amour !
Éprise de fièvre noir, je vois ton visage, tu es alors comme immortalisé en moi…

Comment pourrais-je être la même a tes cotés ? Comment fuir tout cela ?
Je suis désormais ta prisonnière, j’en ai étais condamné…

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

« A travers l’univers, je peux apercevoir ton visage… »

A travers l’univers,
Je peux apercevoir ton visage,
Avec la Galaxy qui apparaît,
Quand tu es présent aux coté de mon âme !

Cela est comme la force de gravité,
Je perçoit mon reflet dans tes yeux,
Qui peut me donner des ailes,
Quand je suis sur mon piano a tes cotés !

Les étoiles défilent,
Mais qu’est-ce dont ce sentiment ?
Qui a fais de mon être un Arc en Ciel,
Si coloré de toi !

Je ne peux guère disparaître,
Car tu retiens une parti de moi,
Qui restera éternellement a tes cotés,
Comme tu seras éternisé dans mon cœur !

Tu es ce rêve,
Qui brille sous ces cieux insolite,
Reflétant l’Aurore,
Contemplant les océans !

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

« Seule dans la nuit… »

Seule dans la nuit,
Je traverse le brouillard !
Seule dans la nuit,
Tu m’obscurcis !

Errante dans les rues,
J’attend, je t’attend,
J’entend les battements de ton cœur,
Je peux alors ressentir ta présence !

Seule dans la nuit,
Les étoiles traversent les cieux,
Je peux désormais apercevoir ton reflet,
Qui est éternelle près de moi !

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

« Je t’ai enfin trouver et tu m’as enfin retrouvé… »

Je t’ai enfin trouver,
et tu m’as enfin retrouver,
Nos destins scellé,
A travers les larmes des cieux !

Naissance à la pluie,
Celle qui traverse mon cœur,
Puis embrase mon âme,
Pour que je ne vois plus que toi a travers les nuages !

Les Aurores Boréales représente une divinité,
Dans nos êtres si prospère,
Ainsi nous pouvons relire nos vœux
Car même écrit dans les étoiles elles restent incomplète !

Tu es la moitié de la quintessence éternel,
Qui brille comme le Saphir
Qui illumine comme le reflet du soleil,
Qui est l’éclat d’un diamant !

Tu es comme une rose,
Qui peut fanée et renaître,
Car tu es éternisé en moi,
Pour un jour comme pour une vie !

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

« Une pensée s’envole vers toi comme les colombes… »

Une pensée s’envole vers toi
Comme les colombes de mon coeur
Qui réchauffent mon âme
De toi !

Tes regards étaient comme des milliers d’étoiles,
Une pluie transparente brillais en toi,
Tes yeux s’illuminais comme des bijoux,
Tant de souvenirs…

Près de toi,
Le soleil étais présent,
Loin de toi,
La lumière n’étais plus qu’un lointain souvenir…

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

« Sous ce ciel de cristal, a l’aurore je vis ce rêve… »

Sous ce ciel de cristal,
A l’aurore, je vis ce rêve,
Comme une luciole tu m’illumines,
Tel un diamant qui brille de mille éclat !

Sous ces cieux insolite,
Près de l’aurore boréale qui relie mille couleurs,
je t’aperçus,
Tel une larme de non retour !

Éprise de fièvre rouge,
Je perçus ton visage,
Pour une dernière fois a mes cotés,
Tel un vertige qui enivre tout mon être !

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

« En l’espace d’un instant je t’ai vue, nos regards se sont embrasé… »

En l’espace d’un instant je t’ai vue,
nos regards se sont embrasé,
Alors qu’on ne se connaissait point, tu es venu…
Tu as avancer vers moi,
Frôlant chaque âmes,
Traversant mes pensées rongé de toi !

Tu es ainsi revenu, ré-avançant vers moi !
Sous les cieux étoilé j’ai pu t’apercevoir,
Comme chaque rêves que je perçois !

Les jours avançais… Les cloches sonnaient, elles retentissaient…
J’attendais ta présence… J’attendais ta voix…
Puis tu revenais a chaque minutes, a chaque seconde tu étais dans mon esprit !
Inséparable, nous avons voyager… Loin de tout mais près de nous !

Les vents soufflaient, sans s’arrêter…
Les arbres s’agitaient…
Les gouttes de pluie tombaient,
Nous nous sommes alors dit « oui »…
Que mon âme puise ainsi dans la tienne pour toujours et a jamais !

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

1234

Poesisophie |
Incarnatus |
Traces écrites d'un qu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Theyoungboy
| 1jour1chapitre
| CULTIVOR